Inscrivez-vous gratuitement
Rencontrez votre moitié
Chercher

Le fantasme de l’évidence

"Parce que c'était lui, parce que c'était moi", Montaigne expliquait ainsi cette amitié fulgurante qui l'avait lié à Etienne de La Boétie. Une phrase – ô combien célèbre ! – que nous voudrions reprendre à notre compte, une évidence qui marquerait de son sceau la "vraie" rencontre, qui en confirmerait la valeur et la profondeur. Et son probable succès à terme.

L’heure de vérité

Ce constat d’évidence ne peut se faire, dans nos imaginaires, qu’à l’heure du premier rendez-vous en chair et en os. Car si nous avons beaucoup échangé par courriels, et même au téléphone, le passage au tangible – au sens où nous nous verrons, où nos corps et nos regards seront de la fête – est appréhendé comme déterminant. Voire impitoyable. Cela passera ou cassera, se dit-on chacun, ce sera lui (elle) ou pas. Une certitude en porte-à-faux avec ce mépris des apparences, dont il serait de bon ton de s’affranchir…

Point de doutes

Et si cela passe, si au premier coup d’œil nous sommes conquis et sous le charme, nous aurons décroché le jackpot ! Plus de questions parasites telles que « mais qu’est-ce que je fais là ? », « qu’est-ce qu’on va bien pouvoir se dire ? », « comment m’éclipser sans être grossier(e) ? » Finis les atermoiements et les reculades, l’avenir nous sourira et rien ni personne ne saura faire barrage. Dans ce scénario, les doutes sont instantanément dissipés puisque la réciproque va de soi : on se reconnaît mutuellement.

Pas si fréquent…

Cette clarté idéale, cependant, s’éprouve rarement dans la réalité. Surtout dans le domaine sentimental. Si nous décortiquons un peu nos expériences passées, nous avancions plutôt en plein brouillard, sans savoir où aller – et si nous y allions ! – tentés parfois de partir en courant tellement nous étions troublés. Il n’y a d’évidence que si l’autre nous est indifférent, lorsque nous ne ressentons ni rejet violent ni agressivité. Des élans à l’intensité forcément suspecte, et qui expriment parfois une attirance mal refoulée.

Qu’est-ce qui se passe alors ?

Pourquoi cette évidence est-elle rare ? Parce que la réalité est plus subtile que ce fantasme, et nos humanités plus complexes. Parce que nous sommes traversés d’envies contradictoires qui, pour simplifier nos affaires, ne parviennent pas toutes à notre conscience. Parce que nous craignons de souffrir, ou d’être heureux (eh oui, cela se conquiert, le « droit » au bonheur !), parce qu’une relation amoureuse est toujours extraordinaire, et que nous répugnons à déranger notre ordinaire, quoique nous prétendions.

Ce qui l’emporte

Cette collusion d’impressions diverses et divergentes est à l’origine de cette confusion qui, très souvent, signale les rencontres importantes. D’une importance qui ensuite se précisera en fonction de ses acteurs. Et pour ne pas fuir devant ce qui inconsciemment, peut-être, nous fascine, relativisons ce mythe de l’évidence. Laissons-nous emporter par ce brouhaha de sensations, d’élans et de coups de frein simultanés, de laquelle une voix tôt ou tard émergera, qui nous susurrera si l’autre nous plaît ou pas…

– par Sophie Cadalen